Recevoir notre lettre d'information
Abonnez-vous
logo gazetophile

La Science pour tous

Fondé par M. Lecouturier & M. J. Collonge

Première parution le 13 décembre 1855

L'Exposition universelle vient d'être close. Jamais l'industrie n'avait été appelée à présenter à la face du monde un aussi grand nombre de merveilles, et jamais la science n'avait été appelée à jouir d'un pareil triomphe ; car, ne l'oublions pas, c'est à la science que l'industrie est redevable des procédés qui lui ont permis de produire tant de chef-d'œuvre. La science a été le principe et l'industrie l'application, et toutes deux se sont trouvées indissolublement liées dans un but commun de bien-être général.

Il en a toujours été ainsi depuis que l'industrie a pris pied chez les nations d'Europe ; mais ce fait, connu seulement de quelques hommes pratiques, était ignoré autrefois du reste des populations qui demandaient : A quoi bon la science ? tout en s'émerveillant de voir des produits admirables dont elles ignoraient les procédés de fabrication, et qu'elles avaient coutume d'appeler des secrets de métier.

Aujourd'hui, ni la science ni l'industrie ne sont plus un monopole aux mains de personne. S'il restait encore des secrets de métier, ils ont été divulgués par les diverses expositions, et principalement par notre brillante Exposition universelle, qui s'est efforcée de placer partout, à côté de l'œuvre parfaite, les procédés scientiques et industriels mis en usage pour l'obtenir.

A ce titre, l'Exposition a été une école pratique ; elle a montré que l'industrie ne marche pas sans la science, et, par l'enthousiasme, elle a conquis à cette dernière tous ceux qui ont admiré les merveilles des Champs-Élysées ; chacun a compris que l'industrie ne se produit que par l'application des procédés révélés par la science.

Donc, étude de la science et de ses applications en vue d'arriver au perfectionnement de l'industrie ; telle est la grande idée que cette école d'émulation a implantée au sein des populations de la France et de l'Europe entière. Une ère a donc été ouverte par ce grand tournoi industriel ; c'est de cette ère que datera notre publication dont le titre renferme tout le programme.

La Science pour tous, numéro 1

L'Exposition, en imposant à l'admiration universelle ses milliers de chefs-d'œuvre, a fait de l'industrie pour tous.

Nous qui n'avons pas la prétention d'être admirés de personne, et dont toute l'ambition consiste à nous faire comprendre du plus grand nombre possible de lecteurs, nous nous efforcerons de faire de la Science pour tous, c'est-à-dire que, pour êtres utiles, nous donnerons de la science à la portée de toutes les intelligences, et, dans ce but, nous éviterons toute théorie transcendante qui, au lieu d'être un guide, est toujours un dédale où s'égarent les inhabiles.

En revanche, nous rechercherons tout ce qui sera de science pratique et d'application immédiate ; nous accueillerons avec reconnaissance toute communication scientique qui nous sera faite. Nous rechercherons ce qu'il y aura d'utile dans tout mémoire écrit et dans tout livre imprimé qui nous seront présentés, afin de les signaler à nos lecteurs.

Nous décrirons toute invention, tout perfectionnement opérés dans le domaine de la science et de l'industrie ; nous représenterons même, par des vignettes intercalées dans le texte, les objets qui paraîtrons le mériter ; nous donnerons la signication scientique de tout phénomène curieux qui se produira ; nous ne négligerons aucun fait d'actualité et nous tâcherons d'être de notre temps.

Notre publication, quoique n'étant pas spécialement agricole, s'occupera néanmoins d'agriculture, en ce sens qu'elle ne négligera jamais d'indiquer les points de la science dont l'application est susceptible d'apporter des améliorations dans les cultures. Et l'Algérie, cette terre française d'un climat si différent du nôtre, qui s'est montrée si riche en productions naturelles de toutes espèces, sera pour nous l'objet d'une attention toute particulière.

La Science pour tous, le moins cher de tous les journaux scientiques, veut être à la portée de toutes les instructions comme de toutes les fortunes ; elle a été fondée, non en vue de la concurrence, mais dans le but d'aider à répandre le goût des sciences dans toutes les classes, œuvre commencée par des publicistes distingués, pour lesquels nous professons la plus grande estime.

Voilà notre programme et le but vers lequel tendront tous nos efforts.

J. Collonge.

La Science pour tous
N° 1 - 13 décembre 1855

 (50)